La saga de la donnée – Episode 1 – LES ORIGINES

CategoriesKNOWLEDGE
Christophe Barge – Associé Fondateur  d’IDP Partners
Fabrice Blanc – Head of Group Strategic Alliances d’OAKland Group

Le fait d’entendre sans cesse parler de data à longueur d’articles aurait tendance à nous faire oublier le fait que celle-ci n’est en rien un phénomène nouveau qui serait apparu avec internet et les réseaux sociaux, mais qu’elle est consubstantielle à notre histoire depuis les tous débuts, et que nous l’avons toujours appréhendée et toujours exploitée sous une forme ou sous une autre.

 

Cette série d’articles estivale se veut être un petit voyage dans l’histoire de la donnée pour revenir aux sources et pour essayer de mieux comprendre ce qu’elle est réellement aujourd’hui et tout le potentiel qu’elle détient.

 

La Genèse

Ce que nous appelons « donnée » est en fait depuis toujours lié à deux autres notions essentielles, l’information et la connaissance. A travers ce qui n’est au début que des bribes d’informations éparses, nous constituons, en les rassemblant, de l’information dans le but premier de réduire notre incertitude par rapport au monde qui nous entoure. Puis nous mettons cette information en perspective, nous l’examinons en détail, nous la confrontons à la réalité et aux faits, et ainsi nous en tirons une connaissance. Depuis le début de la démarche scientifique les hommes n’ont fait que récolter de la donnée à travers les observations qu’ils pouvaient faire, puis de les assembler pour en tirer de l’information et enfin de confronter ces données à la réalité dans une démarche empirique afin d’en extraire de la connaissance.

Le premier canal de diffusion de la donnée : la transmission orale

Alors bien sûr, si la démarche demeure la même, la nature du support qui permet de stocker, puis de transmettre l’information fut pendant des millénaires profondément différente et évolutive. La transmission orale ne permettait ni de recueillir de la donnée en grande quantité, ni de la transmettre dans de bonnes conditions. C’est pour cela que cette information était transmise la plupart du temps sous forme de connaissance orale qui passait de l’un à l’autre à travers de long poèmes dont le rythme aidait à la mémorisation. Il en va ainsi de l’Illiade et de l’Odyssée, qui durant des centaines d’années furent le principal vecteur de connaissance du monde grec.

La récolte des données : une question pour les érudits

Mais au-delà de la transmission de la connaissance, on peut mesurer l’importance de la donnée à travers son utilisation première qui fut de compter récoltes et ressources pour permettre au pouvoir de lever les impôts et ainsi de constituer la richesse et la puissance de l’Etat.

Cette fonction de récolte et de traitement de la donnée brute (le nombre de quintaux de blé produit par exemple) est d’ailleurs dès ce moment-là, considérée comme hautement stratégique et confiée à des castes éduquées et hautement considérées, comme le furent les scribes de l’Egypte ancienne. Sans eux et leur capacité de prévoir année après année les récoltes, en se basant sur les données historiques et sur la connaissance accumulée des crues du Nil, le pouvoir égyptien n’aurait jamais été ce qu’il fut et n’aurait certainement pas été en mesure de faire bâtir les pyramides. Car là aussi la donnée est centrale. Bien sûr, pour les architectes et les différents calculs liés aux constructions elles-mêmes, mais aussi et peut être surtout pour permettre aux administrateurs de prévoir sur de très longues périodes de temps (souvent 20 à 30 ans sont nécessaires pour bâtir une pyramide) les ressources nécessaires en hommes et en nourritures, et la capacité ou non du pays à les fournir.

A n’en pas douter la récolte de la donnée continuait sur les chantiers, afin d’affiner à l’avenir les prévisions des besoins en hommes et en approvisionnement…

En réalité, bien avant les GAFA et les BATX, on peut être certain que l’Egypte des pharaons constituait pour les scribes de celui-ci un immense terrain de jeu pour récolter de la donnée, l’organiser et l’exploiter…

IDP Partners et OAKland sont deux sociétés spécialisées dans l’accompagnement des entreprises autour de la transformation numérique et de la donnée. Depuis le début de notre collaboration, nous avons été frappés par le potentiel de transformation et de création de valeur de la data pour l’entreprise, et dans le même temps par la méconnaissance de celle-ci.
La donnée qui irrigue chaque jour davantage notre économie et nos vies toutes entières demeure une inconnue, notamment parce que chacun d’entre nous a du mal à appréhender sa réalité.
Dans ce cadre nous avons décidé de vous proposer pour cet été une « Saga de la donnée » qui déclinera tout au long d’une demi-douzaine d’articles un retour sur la nature et les origines de la donnée dans l’histoire et son évolution jusqu’à nos jours. L’objectif est de nous permettre d’avoir tous ensemble un regard à la fois décalé et approfondi sur ce qu’est réellement la donnée en tant que telle, pour mieux comprendre son caractère stratégique de nos jours.


IDP Partners est un cabinet de consultants experts dans le domaine de la transformation numérique.
De l’évaluation de la maturité digitale à l’implémentation de solutions technologiques innovantes, bénéficiez d’une expérience métier unique et d’un écosystème de partenaires expérimentés.

Related Post

4 SEPTEMBER 2020

La saga de la donnée –...

Christophe Barge – Associé Fondateur  d’IDP Partners Fabrice Blanc – Head...

25 AUGUST 2020

La saga de la donnée –...

Christophe Barge – Associé Fondateur  d’IDP Partners Fabrice Blanc – Head...

18 AUGUST 2020

La saga de la donnée –...

Christophe Barge – Associé Fondateur  d’IDP Partners James Nauffray...

14 AUGUST 2020

La saga de la donnée –...

Christophe Barge – Associé Fondateur  d’IDP Partners Fabrice Blanc –...

11 AUGUST 2020

La saga de la donnée –...

Christophe Barge – Associé Fondateur  d’IDP Partners Fabrice Blanc –...

7 AUGUST 2020

La saga de la donnée –...

Christophe Barge – Associé Fondateur  d’IDP Partners Fabrice Blanc –...